Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 08:04
Le navigateur breton a mis 57 jours, 13 heures, 34 minutes… pour faire le tour du globe. Bof.

Il aura fallu bien moins à BASTA pour rallier Paris à la Méditerranée, en passant par le pôle Nord – enfin, son équivalent chaumontique : 49 jours et 7 heures en arrondissant. Bon, c’est vrai, nous avions prévu 15 jours…

Dans l’attente de son re-matage, en préparation, BASTA est a amarré à Port Saint Louis du Rhône. En arrivant, Daniel s’est écrié : « C’est ici que commence l’aventure ! » Moi qui croyait qu’elle était bien entamée…


Retour au 26 janvier. 
Après une dizaine de jours à Marseille (partis en reportages, en train!), la navigation fluviale reprend sans glace, mais avec le courant : sur la Sâone, par endroit, il fait plus de 5 kilomètres/heure. (Pour les initiés, le GPS indique que Basta avance à 10 nœuds, alors que le loch marque une vitesse à 6,5 nœuds !)

Ça change. Désormais, non seulement il y a du courant, mais il est favorable, et les d’écluses se font rares. Mais quelles écluses ! A la première, Daniel monte à l’échelle avec les bouts à la main. Il s’apprête à amarrer l’avant à quai et retenir l’arrière en régulant la longueur à mesure du bassinage. Comme nous faisions sur le canal. 

DSCN0781.JPG

L’éclusier n’en revient pas : « Mais qu’est-ce que vous faites là ? », vient-il demander, descendu de sa tour, une très haute tour. Il explique : « Pas de ça ici, le dénivelé fait 12 mètres ! »

Eureka. Les bollards sont mobiles, ils descendent avec le niveau du bassin. Sur le Rhône, idem. Avec des dénivelés de 15 mètres. Le Basta s’enfonce entre deux grands murs en béton dignes de site nucléaires James-bondesques.

DSCN0818.JPG


D’ailleurs, sur le Rhône, on comprend vite pourquoi une interdiction de manger le poisson est récemment tombée. L’exotisme est fait de fumées, de torches enflammées, de radioactivité… Un son et lumière permanent. Avec une troisième dimension olfactive.

DSCN0817.JPG


Un mistral à 60 kilomètres/heure pousse le Basta avec le courant. Dans les bras très larges, les creux se forment. La crête des vagues s’envole.

Bémol : la traversée de Lyon, magnifique ! Et l’escale, sympa, avec les amis lyonnais à dîner à bord. 

DSCN0766.JPG



Et la traversée d’Arles… C’était presque un trip plat, du genre touristique. Quand, juste à la sortie de cette belle citée - au kilomètre 284,5 - un choc ! Basta cogne, gîte, se met travers au courant. Un banc de sable ! Daniel, à la barre, qui rêvassait, est à peine sorti du chenal marqué par un alignement de bouées vertes.


Nous avons tout essayé : marche arrière toute, marche avant toute, rappel pour faire gîter plus le Basta. Ancre mouillée en annexe à la rame, en remontant un courant de 3 nœuds. Résultat : le guindeau casse ! VNF ne répond pas à la radio VHF.Au bout de deux heures, ayant tout essayé, en ayant assez de voir, non loin, à la jumelle, l’embarcation des pompiers amarrée à un quai, nous les appelons !

856.jpg

Merci les pompiers d’Arles ! Avec un 115 chevaux, ils ont eu du mal à nous désenliser. Heureusement, ils ont insisté. En nous accostant, en effet, ils avaient prévenu : «  Si ça ne marche pas, on vous débarquera par sécurité et on appellera un remorqueur à vos frais… » Gloups…


Le reste de l’embouchure du Rhône, sans carte, très peu balisée, a été – comment dire – un rien angoissante … Jusqu’à l’arrivée à Port Saint Louis, de nuit.


Là où l’aventure commence.



 

Partager cet article

Bateau BASTA Bateau Basta - dans Le voyage
commenter cet article

commentaires

bruno 05/02/2008 20:45

Bon, cette fois c'est la fin de l'hiver, enfin !Et vive la Méditerrannée !b

Sylvie 31/01/2008 18:07

Salut à vous deux, Je n'aurais qu'un seul commentaire : WHAOU !!!... mais c'est énorme tout ce qui vous arrive !!!Des bises, des coucous, des "J'espère que vous êtes en belle forme !", des "Bonne chance pour la suite de l'Aventure", des "Encore vous lire", des pensées, des tas de pensées...Sylvie

  • : Le voyage de Basta
  • : Carnet de bord de deux journalistes en voilier
  • Contact

Naviguez avec nous!

Entre deux reportages, nous embarquons parfois jusqu'à 4 passagers en croisière, cliquez ici

Rechercher

A propos des auteurs

Elle est journaliste-pigiste. Pour consulter son book en ligne, cliquez ici : https://cecileraimbeau.wordpress.com/

Il est photographe, distribué par l'agence Réa. Regardez son site pro en cliquant ici

 

 

Notre premier périple sur notre voilier de 6m50 le "Bourlingueur", relaté dans deux numéros de Voiles et Voiliers de 1995 ici et .

Contacts :

bateaubasta@gmail.com

Skype : bateau.basta

Facebook : Bateau Basta

Rubriques

Désolés pour la pub imposée par Overblog !