Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 09:00

Deux jours après son amarrage à Barcelone, Basta est immobilisé par la police. Son acte de francisation (les papiers du bateau) a été confisqué par les autorités. « Navegar = carcel », a précisé le chef de la police maritime d’un ton ferme.

 

Le 23 février sur Barcelone, il fait beau. Des dauphins sautent autour du bateau. Nous entrons heureux dans le premier port au Nord de Barcelone, le port Forum. Là, avant l’entrée d’une marina où sont stationnés des yachts aussi impressionnants que celui de Bolloré, un quai municipal borde un bassin de baignade, juste au pied de l’énorme panneau solaire qui surplombe le site.

 

A Barcelone, impossible de mouiller l’ancre dans un abri naturel, la côte est un cordon de plages droites. Ne sachant pas où nous allons trouver une place dans cette ville, ni à quel prix, nous nous amarrons à ce joli quai. On est bien. L’endroit est fréquenté le week-end par des familles du quartier populaire voisin. Juste derrière la marina VIP et les tours-hôtels quatre étoiles, se dresse des HLM. Leurs habitants viennent pêcher ou simplement prendre l’air sur notre quai.

D’emblée, le Basta attire. C’est sympathique. Et l’on se rend compte à quel point les gens sont peu habitués à voir de près des voiliers. C’est vrai : d’habitude ils sont isolés dans les enceintes de marinas surveillées.

Basta aime lui faire rêver gentiment les passants. 

DSCN0926.jpg

 

Nous avons tout rangé, déplié nos bicyclettes et partons explorer le bord de mer, puis le centre-ville. C’est un peu le début du voyage, notre première vraie escale… C’est dimanche, l’après-midi, les bureaux des marinas du centre-ville sont fermés. On verra plus tard pour se renseigner sur les tarifs. Après tout, le long de notre quai municipal, on se sent bien.

 

Cela se voit qu’il est municipal : la marina ne démarre qu’un peu plus loin derrière des barrières et des caméras de vidéo-surveillance, au-delà de bouées spécifiques. D’ailleurs, si personne de la capitainerie ne vient nous voir c’est bien parce que notre emplacement ne les concerne pas. (Ils confirmeront plus tard).

Voilà Daniel spéculant : « On va rester là un moment, personne n’y verra rien ! »

Sceptique, je me laisse convaincre par Diogène.

 

Diogène ? Daniel me raconte son histoire. C’est celle de l’autosuffisance ascétique du citoyen du monde qui satisfait seul les vrais besoins de l’Homme au mépris des servitudes extérieures et de la morale commune.

Le philosophe ascète était donc abrité dans son tonneau quand le grand Alexandre vint le voir. Diogène lui dit alors de se pousser : l’empereur lui faisait de l’ombre…

 

La seconde nuit, vers minuit. A bord de Basta, le long du quai municipal, l’équipage sommeille déjà.

Soudain : ça cogne à la coque. On entend grogner, gueuler. On est illuminé par un puissant spot. Daniel met le nez dehors : La police maritime.

 

« Que faites-vous là ? »

« Rien, on est juste amarré pour la nuit, on ira demain voir la capitainerie de cette marina. »

« Appareillage immédiat, suivez-nous ! Vous devez rentrer dans le port », ordonne le policier en chef, pas commode.

Daniel : « N’y –a-t-il donc pas un anneau de courtoisie quelque part ? ». Les policiers : « En France, même les chiens paient pour chier par terre ! »

Je pense au bon vieux Diogène face au grand Alexandre.

 

Basta est amarré illico entre deux yachts style Bolloré. Sous la pluie. A minuit.

Contrôle d’identité. Papiers du bateau. « Assurance ? »

« Pas d’assurance ! » En France l’assurance n’est pas obligatoire pour un voilier.

« Ici, c’est une infraction. Si vous naviguez : prison !»

Le bateau est immobilisé. Les documents sont confisqués. Théoriquement, jusqu’à ce que Basta contracte une assurance.

 

Pour au moins un mois, Basta est amarré dans la marina port Forum avec branchement d’eau, électricité, wifi et tous les services qu’il faut payer. Une carte magnétique personnalisée donne accès aux quais. Une musique jazzy de supermarché est diffusée en permanence sur les pontons.

 

Payer. Obéir au policier. S’assurer. Accepter qu’il n’y ai plus de place abri pour le navigateur en escale,  plus aucun anneau de courtoisie, ces amarrages gratuits qui honoraient les voyageurs. Il y a quinze ans, à bord de notre premier bateau sur lequel nous avons navigué six ans sans assurance, les Argentins nous avaient offert des anneaux de courtoisie. Pendant plus de six mois. C’était avant la crise.

Avant que les chiens ne paient pour chier par terre.

 

 

Partager cet article

Bateau BASTA Bateau Basta - dans Les escales
commenter cet article

commentaires

Mau, ex-président 06/03/2008 13:53

ça fait plaisir de vous lire, je vois effectivement que vous ne chômez pas (ni avec les rédacions, ni avec la police). Bonne continuation,manu

Nico 27/02/2008 23:30

C'est avec plaisir -même si elles sont tumultueuses- que je prends de vos nouvelles par ce blog ! Bon courage et bon vent, NicoPS : de mon côté je navigue dans les eaux non moins troubles des contre expertises, et j'ai une équipière qui deviendra ma fiancée ou l'inverse ;) au mois de mai...

Naviguez avec nous!

Entre deux reportages, nous embarquons parfois jusqu'à 4 passagers en croisière, cliquez ici

Rechercher

A propos des auteurs

Pour connaître notre démarche,  lisez ça !

 

Consultez nos articles de presse ou podcaster nos reportages radio  : https://cecileraimbeau.wordpress.com/

 

Découvrez notre premier périple de jeunesse sur notre voilier de 6m50 le "Bourlingueur", relaté dans deux numéros de Voiles et Voiliers de 1995 ici et .

Contacts :

bateaubasta@gmail.com

Skype : bateau.basta

Facebook : Bateau Basta

Rubriques

Désolés pour la pub imposée par Overblog !