Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 13:23

Au départ, en Turquie, nous enquêtions sur la filière du coton biologique. Un travail que nous n’avons pas encore achevé. 

Du coton bio en Turquie, cela vous étonne ? Et bien oui : le pays était le premier producteur mondial de coton biologique il y a un an, avant de se faire doubler par l’Inde et la Syrie. 

Du coton bio en Syrie ?? Bon, là c’est vrai que c’est de plus en plus étonnant.

Mais bon. Pourquoi pas. Disons donc qu’au pays de Bachar el Assad, on se préoccupe beaucoup d’écologie…

Bref, c’était déjà un peu louche. Puis, nous avons rencontré une jeune universitaire achevant une longue enquête sur les cotonniers turcs pour sa thèse. « Le coton bio en Turquie, c’est de la foutaise ! », nous a-t-elle dit. C’est simple, elle avait rencontré des centaines de cotonniers, et jamais vu un seul faire du bio, ni même parlé à un qui connaissait un collègue faisant du bio… De notre côté, nous n’en avions trouvé que deux, présentés par des industriels. Isolés, entourés l’un et l’autre de champs de tabac (rarement bio)…

 

 

 

Nous étions partis en bus dans la région d’Izmir et remontions sur Istanbul, de rendez-vous en rendez-vous. Vers Bursa, nous avons fait la connaissance d’Arca, l’une de ces belles rencontres que l’on fait parfois en reportage. Arca est l’animateur et le porte-parole de la Plate-forme anti-OGM turque.


Après nous avoir fait goûter les meilleurs mets du coin, de la viande aux poissons, il nous a présenté son ami musicien qui nous a hébergé pour la nuit. Hormis la musique,  celui-ci a un talent exceptionnel : il parle un excellent yogourt français, cette langue qui sonne à son oreille comme le français, mais qui ne veut rien dire…Absolument rien…

Arrivés à Istanbul -à peine le temps de s’offrir un Bosphore tour en bateau- une rencontre syndicale nous a projeté dans un autre sujet.

FOULARDS.jpg


En Turquie, en effet, la mode fait de vraies fashion victims : les milliers d’ouvriers qui sablaient les jeans pour leur donner l’aspect usé, tendance en Europe, n’endommageaient pas que la toile de denim, mais aussi leurs poumons.

Dans ce pays, le sablage a été employé sur la toile de denim dès les années 1990. La technique s’est répandue en 2000 à mesure que la mode des jeans « usés » devenait tendance en Europe. Afin de leur donner un aspect délavé ou usagé prématurément et irrégulièrement, le sablage est en effet plus efficace que le délavage chimique à l’effet trop homogène et moins coûteux que la technologie récente du laser. S’il existe du matériel de sablage sécurisé sur le marché, poussés par leurs clients européens (les grandes marques de fringues), les employeurs turcs ont préféré faire des économies plutôt que de l’acheter et utiliser, sans protection, du sable de plage riche en silice très nocif. Voici le témoignage d’un des milliers d’ouvriers aujourd’hui atteint de la silicose, une maladie pulmonaire incurable et mortelle : «J’étais debout dans une cabine de 4 mètres carré, tenant une lance reliée à un compresseur réglé à 8 bars. Un collègue me faisait passer un à un des blue-jeans sur lesquels je projetais du sable. A côté, il y avait un réservoir de 600 kilos de sable. Au bout d’une heure et demi, quand il était vide, je disposais d’un quart d’heure de pause, le temps que le collègue le recharge. La cabine était alors si poussiéreuse que je n’y voyais plus rien et j’en sortais méconnaissable. Puis ça recommençait, pendant 12 heures par jour »…

Peu de temps après être revenus au bateau, nous sommes retournés une seconde fois à Istanbul, en bus, depuis Marmaris. Pour fouiller ce sujet. Rencontrer d’autres ouvriers condamnés à mort à cause de la mode.

Ensuite, il a fallu caréner le bateau et en profiter pour réparer les dégâts causés par les icebergs des canaux français (lire les articles du blog de l’hiver 2007 ) : 15 jours de travaux sans relâche, par 40°.On se serait bien passé de notre pote un peu collant, le pélican. Caréner avec un pélican, c’est un peu comme tapisser un appartement avec un enfant de 3 ans assez turbulent : il met tout à la bouche…

 N1602-BD.jpg

 

Rythme effréné, toujours. A peine ces travaux terminés, Basta a mis le cap sur la Crète.

N & N, nos amis du Mans, devaient nous y rejoindre pour les vacances. Et nous avions un autre reportage prévu.

Belles vagues. Vent frais. Nous sommes arrivés juste à temps… c’était la première semaine d’août.

Partager cet article

Bateau BASTA Bateau Basta - dans Les escales
commenter cet article

commentaires

Tess 14/10/2009 05:19


Je suis assez fan de la dernière photo... Y'a plein de pélicans aussi au Chili qui sont apprivoisés et se balladent au milieu des villes cotières...
Sinon, pour les jean's c'est tout simplement flippant. J'avoue être assez fan du coté "denim" maintenant je saurais comment le faire seule, et comment mourir jeune...

Et je vous souhaite encore des aventures, qu'elles soient belles ou éclairantes, de toutes façons elles sont toujours passionantes!


Naviguez avec nous!

Entre deux reportages, nous embarquons parfois jusqu'à 4 passagers en croisière, cliquez ici

Rechercher

A propos des auteurs

Pour connaître notre démarche,  lisez ça !

 

Consultez nos articles de presse ou podcaster nos reportages radio  : https://cecileraimbeau.wordpress.com/

 

Découvrez notre premier périple de jeunesse sur notre voilier de 6m50 le "Bourlingueur", relaté dans deux numéros de Voiles et Voiliers de 1995 ici et .

Contacts :

bateaubasta@gmail.com

Skype : bateau.basta

Facebook : Bateau Basta

Rubriques

Désolés pour la pub imposée par Overblog !