Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 07:24
L’Arctique, c’est bien plus près de chez nous que ce qu’on voulait nous faire croire. Chaumont, vous connaissez ? Sa cathédrale, ses majorettes, son canal… Et surtout, son climat. Ici, en Chaumontique, cette nuit, le thermomètre indiquait moins 20°.

 Basta s’est amarré à la halte nautique de cette préfecture de Haute-Marne samedi soir. Cependant, la très aimable responsable de la base était alors en voyage. Dommage, les belles bornes électriques qui jaillissent de la berge comme des stalagmites ne pouvaient nous être d’aucune utilité : fermées à clé. Impossible de brancher notre petit chauffage électrique qui ne fonctionne que sur du 220 volts.

 On se souviendra donc du petit matin du dimanche 16 décembre 2007. Zéro degré dans le bateau au lever ! C’était beau ces mini-stalactites collées aux hublots à l’intérieur du bateau…

Glace-dans-Basta.jpg

Vite, au moins, allumons le four pour nous réchauffer et la gazinière pour faire un café ! Nouvelle déception : les bonbonnes de gaz, par sécurité sur un bateau, sont placées –non pas dans l’habitacle- mais dans un compartiment aéré accessible par l’extérieur, un coffre du cockpit. Or, le butane gèle. Le four et la gazinière ne marchent plus. Jean Louis Etienne et Nicolas Vanier savent bien cela, ils utilisent du propane, eux, (plus difficile à trouver).

 

A l’intérieur du Basta, ce samedi matin, nous sommes emmitouflés dans nos fourrures polaires, coiffés de bonnets et nous portons des gants en maugréant, dans l’attente du retour de voyage de l’aimable chargée de la base nautique quelques heures plus tard.

 

Lundi nous voilà bloqués.

Glace-autour-de-Basta.jpg

Oui, Chaumont, c’est beau. Sa cathédrale (Pas de majorettes en cette saison). Ce 17 décembre, alors que nous pensions redémarrer, naviguer au plus vite vers la Saône, sortir de ce canal chaumontique, le Basta est pris dans les glaces. La couche s’est épaissie pendant la nuit. Elle fait 3 centimètres d’épaisseur. Un gros pavé lancé depuis la berge ne rompt pas la surface, mais glisse jusqu’à l’autre rive… Un voisin en camping-car a sorti sa pelle pour fracasser la calotte. Il a du taper et retaper très fort pour réussir à la fêler. A l’intérieur du bateau, on entend de temps à autre, la glace frôler la coque. Ça fait d’étranges craquements… ça sonne un peu comme des déchirements…

 

Il faudra attendre un changement climatique, un réchauffement, des pluies (dimanche 23 d’après les prévisions), ou bien, le passage d’une péniche qui cassera la glace devant notre sillage. Peut-être d’ici trois jours, nous dit le service des affaires fluviales. Peut-être. Une « avalante » (qui descend le canal) se trouve encore en Saône…

 

Ah, Noël à Chaumont en Haute-Marne ! Au moins, il y a du champagne dans la région.

 

Repost 0
Publié par Bateau Basta - dans Le voyage
commenter cet article
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 07:14
anti_bug_f
Paris-Notre-Dame.jpgSamedi 8 décembre, départ en fanfare, suivi par les envoyés spéciaux, Eric Julian au micro et Jessica David à la photo. Ils mitraillent. A bord, jusqu’à Joinville le pont, trois courageux équipiers (Sarah, Géraldine et Fred) ont revêtu leurs cirés. Il pleut.

  1489--C3-80-bient-C3-B4t-Fred-1-.JPG

Il va beaucoup pleuvoir pendant trois jours. 

Basta-sur-la-Marne.jpg

La Marne est en crue. L’eau est si haute que certaines écluses sont fermées. Dans ce cas, les barrages sont ouverts. Comme nous remontons le courant, nous devons les passer moteur à fond. A Mery sur Marne, il y a quatre nœuds et demi de courant contre (soit 8 kilomètres /heure). Basta franchit le flot très lentement, passant tout juste les remous.

 

Sur certains tronçons, nous activons nous même les portes des écluses et le sassement grâce à une télécommande remise par les services fluviaux. C’est moderne. Cela permet d’être autonome. De ne pas attendre pour passer. Mais la Marne charrie des troncs, des branches. A l’occasion, ces amas viennent bloquer les portes des écluses. C’est beau la machine. Mais ça ne remplace pas l’homme ! « A qui l’dites-vous ! On n’arrête pas de le leur expliquer. Ils ne comprennent pas ! », grogne l’un de nos dépanneurs. Il préférerait écluser que dépanner.

Ecluse-remous.jpg

 

A part quelques arrivées nocturnes à l’aveuglette sur des quais à faible tirant d’eau et deux ou trois talonnages, on commençait presque à s’ennuyer.

 

Jusqu’au canal qui joint la Marne à la Saône. Il rallie Vitry-le-François à Maxilly en traversant la Champagne sur 224 kilomètres. 



Il y a 114 écluses à passer dont une bonne partie s’ouvre et se vide encore manuellement. Après Joinville, les éclusiers se relaient donc pour accompagner le bateau, le suivant d’écluses en écluses, en voiture ou en mobylette. 

Eclusier.jpg

Sont sympas les éclusiers. « Vous allez à Marseille ! Dire que nous z’aut’es, on reste toujours là ! », lance le premier. Triste histoire d’un suivant : il a perdu son fils de 15 ans tombé dans l’écluse « Y m’en reste bien un autre (fils), mais vivre à l’écluse, c’est plus pareil…. » Un prochain qui veut déjeuner à midi pile, laisse le Basta en plan dans un bief sans quai pour s’amarrer. Normal, il a encore douze pères Noël à accrocher aux murs de sa maison.

Jolies petites maisons que ces bâtisses de deux étages au toit bien pentu où parfois un ou deux nains de jardin rigolent à notre passage.

Bernard, le père de Daniel, a passé sa jeunesse à celle du Pouillot sur la commune de Hume où sa mère était éclusière. Pendant une centaine de kilomètres, accompagné de Juliette sa femme, rêveur, il a tiré des bouts, il est monté à l’échelle, a mouliné avec les éclusiers –souvenirs de jeunesse : Bernard, en culotte courte, faisait des bras de fer à la manivelle avec son frère. Sauf qu’il n’a pu arriver à son écluse de Proust à cause du grand froid. « Le plateau de Langre, précise-t-il, est l’un des plus froids de France ! ». Ah bon.

Repost 0
Publié par Bateau Basta - dans Le voyage
commenter cet article
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 13:19

Avec des revenus de pigites, pas facile de s'offrir un yacht comme Bolloré, même en travaillant plus !

Basta est un rêve de plusieurs années.
D'abord une opportunité, qu'il a fallu aller chercher en Martinique. 
Il était à peine en état ce vieux rafiot, il a fallu colmater une entrée d'eau avant d'attaquer l'océan.
Nous avons traversé l'Atlantique Nord à la voile en été 2006.
Le temps a d'abord été clément. Trop clément. Beaucoup de calmes plats.

Jusqu'à l'approche de l'Europe...

DSC-6745-tempete-vraie.jpg
Martinique/Manche = 40 jours de mer ! Sans pouvoir atteindre l'escale intermédiaire des Açores parce que l'anticylone générait des vents contres, d'Est, à l'approche de l'archipel.

Puis, Le Havre/ Paris, par la Seine, objectif : Choisy le Roi !

Depuis un an, à sec sur les quais du port de Choisy, tout près du RER, nous l'avons refait à neuf...

 

Repost 0
Publié par Bateau Basta - dans Le bateau
commenter cet article
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 10:32

L'idée est simple : il s'agit de renouer avec un journalisme de terrain, à l'heure où les journaux accordent moins de budget aux reporters.

Il est si loin le temps d'Albert Londres ! Aujourd'hui, c'est quatre à cinq jours pour une enquête. Le reste se traite au téléphone et via Internet.

Nous disons Basta à ce journalisme-là !

Vous venez de saisir les raisons du nom du bateau...

Basta est à la fois une maison nomade et une rédaction itinérante.

DSC-6501-navigation-avant.jpg

Notre voilier
 peut rester trois mois dans une marina du bout du monde, servant de point de chute entre des allers-retours à l'intérieur du pays, voire dans un pays voisin.

Un sac, un autobus ! Pour aller crapahuter, rencontrer les gens,   prendre le temps d'écouter, d'enregistrer, de photographier leur univers, pas seulement de tirer rapidement leur portrait.

De retour à la marina, encore quelques jours en ville, plusieurs rendez-vous officiels, des interviews de spécialistes. Nous travaillons sur Internet à l'intérieur du bateau grâce à une bonne antenne wifi (Presque toutes les marinas sont désormais équipées d'un réseau sans fil).

Au mouillage dans une baie plus tranquille, nous prenons le temps de réfléchir, d'écrire, d'éditer. Nous enverrons nos matériels texte et photos d'un cyber-café. 

Puis, lever l'ancre et hisser les voiles vers une prochaine escale, de prochains reportages...

 

Repost 0
Publié par Bateau Basta - dans Le projet
commenter cet article
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 09:20

Pour celles et ceux qui s'y connaissent un peu : BASTA est un Endurance 35.
Qu'en dire ? 

Il fait 11 mètres, même douze avec son bout dehors en bois qui ne demande qu'à être sculpté. Mais en quoi ? (Une tête de girafe suggèrent mes amis Incorrigibles... Bof.)

BASTA est motorisé, évidemment, avec un moteur neuf de 30 chevaux pour affronter les calmes méditerranéens.

Mais c'est avant tout un voilier, très marin, un "ketch", ce qui veut dire qu'il a deux mâts.
Sous voiles, il a de l'allure avec son foc, sa trinquette, sa grand-voile, plus celle d'artimon. 

BLOG--00-0691.jpg

Côté aménagement, il a été pensé pour vivre et travailler. 
Une cabine double, une douche, un bureau spacieux. Quant à la table à carte, dans le carré, elle fait office  de table d'éditing photos, dotée d'un grand écran plat.

Avec une bonne antenne Wifi, nos téléphones portables, les scanners, l'imprimante, les ordinnateurs, BASTA est une rédaction comme une autre. Avec deux atouts de taille : 
elle est nomade et écolo ! 
Basta avance avec le vent et fabrique son énergie grâce à une éolienne et un panneau solaire.

Repost 0
Publié par Bateau Basta - dans Le bateau
commenter cet article

  • : Le voyage de Basta
  • : Carnet de bord de deux journalistes en voilier
  • Contact

Naviguez avec nous!

Entre deux reportages, nous embarquons parfois jusqu'à 4 passagers en croisière, cliquez ici

Rechercher

A propos des auteurs

Elle est journaliste-pigiste. Pour consulter son book en ligne, cliquez ici

Il est photographe, distribué par l'agence Réa. Regardez son site pro en cliquant ici

 

 

Notre premier périple sur notre voilier de 6m50 le "Bourlingueur", relaté dans deux numéros de Voiles et Voiliers de 1995 ici et .

Contacts :

bateaubasta@gmail.com

Skype : bateau.basta

Facebook : Bateau Basta

Rubriques

Désolés pour la pub imposée par Overblog !